Pourquoi le chat a besoin de manger de la protéine animale tous les jours ?

22/11/2019

Pourquoi le chat a besoin de manger de la protéine animale tous les jours ?

Le chat est un carnivore strict. Il doit ingérer environ 40% de protéines dont 40% de taurine par jour afin d'éviter des problèmes de santé graves.

Pourquoi la taurine est indispensable au chat ? Comment bien choisir une alimentation adaptée ? Est-ce grave de donner des céréales à son chat ? 

Voici quelques explications claires pour comprendre les besoins nutritionnels vitaux et les erreurs à éviter pour la bonne santé de nos chats !

Pourquoi la taurine est indispensable au chat ? Il doit impérativement ingérer cet acide aminé qu’il ne se trouve que dans la protéine animale et que son foie a du mal à synthétiser naturellement. Cependant il en a besoin pour favoriser l’absorption des lipides ingérés. Bref c’est complexe mais la taurine est indispensable au chat pour sa survie. Sans elle, il développera insidieusement un problème de croissance, de vision, cardiaque et/ou musculaire. Il aura une santé fragile et son espérance de vie en sera impactée.

 

Est-ce grave de donner des céréales à son chat ? Tout est une question de quantité. Comme il est noté au début de cet article, les protéines animales doivent être l’ingrédient principal mais les végétaux ne sont pas totalement inintéressants car ils contiennent des vitamines, des  fibres, des protéines. Ce qui peut poser problème c’est l’amidon et les glucides ajoutés en trop fort taux car le pancréas du chat a du mal à les digérer et cela peut être délétère pour sa santé. Depuis les milliers d’années de domestication et pour répondre à son milieu de vie, le chat a tout de même su faire évoluer son système digestif en conséquence. Cela lui permet de pouvoir ingérer de petites quantités d’amidon. Il faut savoir que toutes les croquettes contiennent de l’amidon (avec ou sans céréales). C’est le liant qui permet d’agglomérer la matière globale. Lorsque les croquettes sont « sans céréales », c’est l’amidon des  féculents (pomme de terre, patate douce) dont les légumineuses (pois, fèves…) qui est utilisé. Donc il faut contrôler le taux dans tous les cas ! Concernant les glucides, certains acides aminés contenus dans l’organisme du chat en produisent naturellement donc il ne faut pas trop en rajouter sous peine de le voir grossir car les graisses seront sur-stockées dans ce cas-ci.

 

Les conséquences d’une alimentation peu adaptée : Les conséquences ne se voient pas les 1eres années mais des troubles physiologiques s’installent insidieusement. On en voit les prémices sans s’en rendre compte avec des symptômes tels que des vomissements, des états squameux (pellicules), des démangeaisons … En plus des carences ou des surcharges, l’organisme est mis à mal. Trop sollicité pour traiter et éliminer des nutriments toxiques pour lui, l’organisme s’affaibli au fur et à mesure des années et des pathologies peuvent être décelées (telles que la pancréatite, le diabète, l’inflammation chronique des intestins, certains cancers, des dermatites …)

 

Est-ce que je donne la bonne alimentation ? Nous sommes souvent perdus dans la jungle du petfood (marché de l’alimentation pour les animaux de compagnie). Il est difficile de savoir si la nourriture que l’on donne à son chat respecte ses besoins. Un joli packaging (emballage), un gentil commercial et une belle publicité ne peuvent être des gages de qualité.

 

C’est pour cela qu’il est important de demander à votre vétérinaire de faire une étude analytique des croquettes et pâtées que vous  donnez à votre chat afin de savoir si les taux de protides, de lipides, de glucides,  de sels minéraux et de vitamines sont bien celles dont il a besoin. Il est également impératif de calculer son besoin énergétique journalier (Nombres de kilocalories). Selon son âge, son activité, ses prédispositions raciales, son état de santé (pathologie ou non), son mode de vie, le besoin énergétique d’entretien (le B.E.E) diffèrera. Seule une étude personnalisée sera fiable. Si vous ne pouvez pas demander ces informations à votre vétérinaire, il existe des vétérinaires nutritionnistes via internet qui pourront vous les donner. Ils pourront faire une étude personnalisée pour votre chat et vous donneront des conseils sur les différentes possibilités alimentaires. Ex. Croquettes, alimentation humide (pâtée, terrines, bouchées, émincés) ou ration ménagère (alimentation faite maison).

 

 

Que prévoit la loi sur les normes en vigueur : Les réglementations européennes n’imposent pas  aux fabricants de noter tous les détails  sur l’emballage afin de connaitre la totalité des valeurs nutritionnelles. Ce qui rend la composition nébuleuse à la seule lecture de l’étiquette. Légalement le facteur santé n’est donc pas prioritaire sur le facteur rentabilité et certains industriels peu scrupuleux jouent de cela pour leurrer le consommateur (soit nous les propriétaires).

 

Comment bien faire son choix ? La législation n’obligeant pas une totale transparence sur les composants et leur valeur analytique, il faut effectuer un calcul pour savoir si les besoins nutritionnels de votre chat sont bien respectés avec l’alimentation que vous lui donnez quotidiennement. De plus  certains industriels diluent les informations afin de faire croire que les protéines animales arrivent en 1er position dans la composition. Mais attention car les végétaux contenus sont souvent notés en petits pourcentages divisés sous divers noms (céréales, extraits de protéines végétales, sous-produits d’origine végétale, gluten de maïs-de blé-de riz…). Si l’on additionne le pourcentage de chacun d’entre eux, on s’aperçoit assez régulièrement que les végétaux arrivent en 1ere position.

 

Attention aux dénominations des matières animales utilisées: Lorsqu’il y a marqué en 1er (boeuf, poulet, agneau…) cela ne veut pas dire que seule la matière noble (le muscle) a été utilisée. Les os, les cartilages, les tendons, les viscères, le sang sont également utilisés. Une fois encore, il faut calculer le taux de cendres (qui doit être maximum de 10%) et le taux de protéines (environ 40% dont 40% de taurine) pour savoir si cette alimentation est qualitative. Si ça n’est pas le cas,  le chat peut être carencé et son métabolisme affaibli.

 

 

Je suis bien évidemment à votre disposition pour vous donner des conseils et vous aider à suivre les bons chemins afin d’optimiser la qualité des aliments proposés à votre chat mais également pour vous donner des astuces personnalisées sur le mode de consommation alimentaire pour éviter les erreurs, les frustrations et l’anxiété.

 

D’autres articles sont disponibles sur les comportements alimentaires et les besoins spécifiques du chat. N’hésitez pas à parcourir cette rubrique !

                                                                          Article rédigé par Valérie CANTALOUBE

Mon chien aboie souvent. Que puis-je faire ? Questions-Réponses sur le comportement alimentaire du chat